[RLPi – partie 1] Rappel du projet & proposition d’une charte Haute Qualité Visuelle

Ce présent article fait parti de la retranscription de la séance du conseil de Bordeaux Métropole du 23/09/2016, il est constitué de ces articles :

Nous avons complété cette retranscription avec quelques exemples de photos, pour les élus ainsi que pour les habitants de Bordeaux Métropole.

Séance du conseil de Bordeaux Métropole du 23/09/2016

Intervenants

  • Michel Duchène, Conseiller municipal de Bordeaux, chargé des grands projets d’aménagement urbains (ZAC, aménagements centre bourgs)
  • Michèle Delaunay, Députée de la Gironde, Conseillère municipale et métropolitaine de Bordeaux Métropole (PS)
  • Clément Rossignol-Puech, Conseiller municipal de Bègles, Élu à Bordeaux Métropole, Porte-parole EELV Aquitaine
  • Véronique Ferreira, Maire de Blanquefort, Conseillère communautaire, Présidente de l’a-urba (Agence d’urbanisme Bordeaux métropole Aquitaine) (PS)

Rappel du projet & proposition d’une charte Haute Qualité Visuelle

M. Duchène : « Monsieur le Président, mes chers collègues, depuis mars 2013 nous avons engagé l’élaboration de ce règlement qui va prendre en compte les récentes évolutions législatives et règlementaires en matière de publicité extérieure (décret de 2012).

En effet, en application de la Loi d’Engagement National pour l’Environnement du 10 juillet 2010, Bordeaux Métropole, compétente en matière de Plan Local d’Urbanisme est également compétente pour élaborer ce RLPi qui remplacera les 22 règlements locaux de publicité communaux et communes de la Métropole.

L’implantation, le format, le nombre de dispositifs publicitaires, de préenseignes et d’enseignes sont comptés sur 7 zones différentes dans un but de protection de cadre de vie et de paysage compatibles avec le droit à l’expression et à la diffusion d’information. Elaboré en étroite collaboration avec les communes, ce règlement a été concerté avec l’état, les chambres consulaires, les représentants des professionnels de la publicité et des enseignes, des associations agréées de protection de l’environnement et publiques. Ils ont ensuite été soumis à l’avis des communes, des personnes publiques, associations, et enquêtes publiques.

Je crois que nous sommes parvenus à un règlement qui permet de respecter le paysage et l’objectif de haute qualité de vie sans nuire à la liberté d’expression. »

(…)

Mme Delaunay : « Et bien je salue le travail M. Le Président effectué pour élaborer ce RLPi qui fait consensus et qui permettra de dépolluer au moins partiellement le paysage urbain.

En juillet 2015, à l’occasion du débat sur les orientations de ce règlement, j’avais fait rappeler une proposition formulée dès 2011 à M. Le Président en tant que Maire de Bordeaux concernant les affichages, les placardages transparents apposés à l’intérieur des vitrines et bien sûr visibles depuis la rue. Ils occupent parfois la totalité de la baie vitrée, et attirent le passant grâce à des couleurs criardes et des slogans attractifs pour ne pas utiliser d’autres termes. Je tiens d’ailleurs à votre disposition une collection de photographies qui vous montreront que d’autres villes et notre métropole peuvent être atteintes par cette publicité.

Dans ces publicités donc, véritable pollution visuelle, ne sont pas concernés par ce règlement car ils sont considérés à tord comme de la décoration intérieure alors qu’on ne les voit que de l’extérieur ou principalement de l’extérieur. J’avais alors proposé une charte de qualité ou un label HQV (Haute Qualité Visuelle) que cette charte voit le jour dans notre métropole ou au moins dans les centres historiques des communes. Je rappelais dans cet esprit que la ville de Paris a établi un règlement qui interdit la publicité sur les baies comme par exemple sur la vitrine ou des parties de la vitrine d’un commerce ou d’un café-restaurant.

Je pense que les associations de commerçants pourraient adhérer à cette amélioration qui, au total, leur bénéficiera et y trouveront un intérêt parce qu’ils utiliseront des supports de qualité et non polluants visuellement. Cette suggestion avait d’ailleurs retenu l’attention de M.Mangon, ce dont je m’étais réjouie, et je serais heureuse que ce règlement soit complété par une charte de cet ordre pour améliorer la qualité de notre ville et de nos villes car toutes ont besoin et participent de cette exigence environnementale tout à fait essentielle. »

(…)

Suite : [RLPi – partie 2] Des risques de fleurissement de panneaux publicitaires, demande d’extinction nocturne et vigilance sur les clean-tags

Enregistrer